Serge Bricianer – Une étincelle dans la nuit

Une étincelle dans la nuit
Islam et révolution en Iran 1978-1979
2002

La Révolution iranienne (1978-1979) est invariablement associée aux idées de fanatisme, de dogmatisme et d’intégrisme. C’est la vérité officieuse qui a toujours cours en Occident.

D’autres ont décelé dans le projet de cette révolution et dans les penseurs politiques qui la façonnèrent (dont Khomeini est la figure majeure) une variante du populisme tiers-mondiste. En somme, un mouvement pragmatique des classes moyennes, lesquelles, cherchaient à moderniser l’État et à mieux intégrer l’Iran dans le marché mondial.

En Iran, dans une société très marquée par les influences religieuses, la classe ouvrière a joué un rôle non négligeable dans ce qui est apparu comme un mouvement de rébellion populaire : elle a mené une grève générale de six mois, organisée hors la tutelle des syndicats et des partis de gauche. L’effondrement du pouvoir central allié à l’esprit révolutionnaire du moment, ont créé les conditions pour l’émergence d’organisations de base, comités et conseils. Malgré les objectifs limités des luttes, l’existence de ces organisations intègre l’expérience des travailleurs iraniens dans l’histoire générale du mouvement d’auto-émancipation sociale.

L’institution du nouveau régime islamique passait donc, nécessairement, par la transformation de ces comités de base en organismes purement consultatifs. Il s’agissait de les conserver, en les vidant de leur substance.

Serge Bricianer (1923-1997), est passé par quelques-unes des nuances qui vont du noir et au rouge vif. Il a collaboré à Socialisme ou barbarie et à informations et correspondance ouvrière. Il est l’auteur de Pannekoek et les conseils ouvriers, EDI, 1969 et de Karl Korsch, marxisme et contre-révolution, Seuil, 1975.

download une étincelle dans la nuit

(reçu par mail)

Posted in General | Tagged , , , | Commentaires fermés sur Serge Bricianer – Une étincelle dans la nuit

Francis Ronsin – Les combats antinatalistes de Jeanne Humbert, l’insoumise

« C’est ainsi qu’un jour nous avons eu la visite d’un gars qui désirait rencontrer des anars de la ville. C’était Marius Jacob et ses « travailleurs de la nuit ». Ils étaient venus pendant l’été, cela va de soi, alors que les gros étaient partis à la mer. Il préparait soigneusement ses coups et ne laissait aucune trace, c’était un artiste ! Et, comme nous lui avions dit que nous nous réunissions chaque dimanche, il nous prépara une fête avec des nappes et des serviettes brodées, une merveille ! De l’argenterie, à boire, à manger… Puis, avant de partir, il a distribué de l’argent, pour le mouvement, pour les compagnons de la misère. C’était son habitude, partout où il passait, cet homme faisait du bien, je ne l’ai revu que bien plus tard, après son retour du bagne où il avait passé vingt ans, un homme d’une telle bonté ! »

Extrait de Francis Ronsin, « Les combats antinatalistes de Jeanne Humbert, l’insoumise » (Entretien, Le Monde Dimanche, 22 juin 1980)

download les combats antinatalistes de jeanne humbert

(reçu par mail)

Posted in General | Tagged , , , | Commentaires fermés sur Francis Ronsin – Les combats antinatalistes de Jeanne Humbert, l’insoumise

Tomás Ibáñez – La CNT a un brillant avenir… derrière elle

« Si la CNT est une organisation (et elle l’est), si toutes les organisations, du fait même qu’elles sont des organisations, sont régulées par des mécanismes sociaux spécifiques, par des lois qui leur sont consubstantielles, par des processus non contingents (et tout cela est effectivement ainsi), alors la CNT est elle aussi affectée nécessairement par ces mécanismes, ces lois, ces processus. S’il est certain (et je crois qu’il y a des éléments suffisants pour accepter qu’il en soit ainsi) que tout groupe humain dont la cohésion se fonde sur des éléments idéologiques, sur des valeurs partagées, sur un corpus de croyances communes, tend inexorablement vers la forme-église, c’est-à-dire qu’il tend à se transformer en une organisation dont le fonctionnement repose sur des mécanismes régulateurs de type orthodoxe, alors il n’y a aucune raison pour supposer, sauf acte de foi, que la CNT échappe à cette transformation.  »

Tomás Ibáñez

Extrait de « La CNT a un brillant avenir… derrière elle » in Tomás Ibáñez, Fragments épars pour un anarchisme sans dogmes (2010) / (Nada, 1979)

download la cnt a un brillant avenir derrière elle

source : indymedia nantes

Posted in General | Tagged , , | Commentaires fermés sur Tomás Ibáñez – La CNT a un brillant avenir… derrière elle

Marianne Enckell – Faut-il décoloniser l’anarchisme ?

« Dans le discours actuel sur le néocolonialisme et les traces d’attitudes colonialistes, le risque de révision de l’histoire est présent. La revue milanaise A Rivista anarchica a publié récemment plusieurs interventions au sujet du supposé « orientalisme » des anarchistes italiens en Egypte, nombreux à vivre au Caire et à Alexandrie entre 1880 et 1914. Tout comme les autres colons, la plupart d’entre eux considéraient les indigènes avec condescendance : soumis, ignorants, indifférents à leur vie de privations.

Si l’on s’en tient aux textes anarchistes italiens de l’époque, c’est en effet l’image que l’on peut en retirer. Mais le point de vue est étroit : comment les idées anarchistes et les activités des militants ont-elles été perçues par la population locale ?

C’est la question que s’est posée l’historienne Ilham Khuri Makdisi, qui a étudié des revues en arabe et la vie quotidienne des intellectuels et prolétaires d’Égypte et du Liban à l’époque de la Nahda, la Renaissance arabe. Et le tableau qu’elle dresse est bien différent. »

Marianne Enckell

Extrait de « Faut-il décoloniser l’anarchisme ? » in Réfractions n°40 – Printemps 2018

download faut-il décoloniser l’anarchisme

Posted in General | Tagged , , | Commentaires fermés sur Marianne Enckell – Faut-il décoloniser l’anarchisme ?

Jean-Marc Mandosio – Longévité d’une imposture : Michel Foucault

Pourquoi s’en prendre à Michel Foucault ? Parce que le culte qui lui est voué, en France et à peu près partout ailleurs dans le monde (plus même peut-être qu’en France), constitue une excellente illustration du « dessèchement de la pensée par la répétition paresseuse de sempiternels lieux communs ou par une frénésie conceptualisatrice faisant souvent fi de toute rigueur » (1). Il m’est apparu d’autant plus nécessaire de mettre l’accent sur la banalité et l’incohérence des idées de Foucault que celui-ci passe, aux yeux de ses thuriféraires, pour le parangon de l’audace intellectuelle et de la rigueur conceptuelle. En exposant l’imposture consistant à présenter des lieux communs comme des nouveautés révolutionnaires et à ériger en modèle de rationalité un discours flou et inconsistant, j’ai voulu contribuer à la réhabilitation de l’esprit critique, pour lequel il n’existe pas de vaches sacrées.

Jean-Marc Mandosio

Extrait de « Foucaultphiles et foucaulâtres » in Longévité d’une imposture : Michel Foucault (édition revue et augmentée – 2010)

download longévité d’une imposture

(1) D’or et de sable, Avant-propos.

source : garap.org

Posted in General | Tagged , , | Commentaires fermés sur Jean-Marc Mandosio – Longévité d’une imposture : Michel Foucault

Hsi Hsuan-wou & Charles Reeve – De Mao à Teng

De Mao à Teng : De la pénurie socialiste à la sauvagerie capitaliste
Entretien avec Kouan Pou-liao

Entretient avec Kouan Pou-liao, ancien fonctionnaire du ministère de l’Économie, dissident dans la clandestinité. Aujourd’hui réfugié à Hong Kong, il y travaille dans un grand établissement financier de la future ex-colonie. Féru d’histoire et d’économie politique, il s’est aussi intéressé aux débats sur la nature de classe des régimes bureaucratiques. Nous l’avons rencontré dans son petit studio d’Aberdeen, au sud de Victoria, grâce à des anciens de la revue contestataire Minus.

Hsi Hsuan-wou & Charles Reeve
[Ed. L’Insomniaque, 1997]

download de mao à teng 

source : indymedia nantes

Posted in General | Tagged , , , , | Commentaires fermés sur Hsi Hsuan-wou & Charles Reeve – De Mao à Teng

Judith Butler – Monique Wittig : Désintégration corporelle et sexe fictif

Si devenir lesbienne est un acte, une façon de quitter l’hétérosexualité, une auto-désignation contestant les significations obligatoires qu’ont les femmes et les hommes dans le cadre de la matrice hétérosexuelle, qu’est-ce qui empêche que le nom de lesbienne finisse par devenir une catégorie tout aussi obligatoire ? Qui peut revendiquer d’être lesbienne ? Qui peut le savoir ? Si une lesbienne rejette la disjonction radicale défendue par Wittig entre les économies hétérosexuelle et homosexuelle, cesse-t-elle d’être lesbienne ? Et si c’est un « acte » qui fonde l’identité comme un accomplissement performatif de la sexualité, y a-t-il certains actes qui permettent plus que d’autres d’accéder au statut de fondement ? Peut-on accomplir l’acte avec une « pensée straight » ? Peut-on considérer que la sexualité lesbienne conteste non seulement la catégorie de « sexe », de « femme », de « corps naturel », mais aussi de « lesbienne » ?

Judith Butler

Extrait de « Monique Wittig : Désintégration corporelle et sexe fictif » in Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, 2005 [1990].

download wittig désintégration corporelle et sexe fictif

source : scribd.com

Posted in General | Tagged , , , | Commentaires fermés sur Judith Butler – Monique Wittig : Désintégration corporelle et sexe fictif

Jean-Claude Bourdin – Marx et le lumpenprolétariat

« Ce travail, qui cherche à comprendre les usages de la notion de lumpenprolétariat chez Marx (et Engels), est motivé par la coexistence de l’absence de théorie du lumpenprolétariat et la violence des injures qui lui sont adressées chaque fois qu’il est évoqué. Contre la croyance que le lumpenprolétariat occupe une place importante dans la conception marxienne des classes, il faut dire que l’usage du terme n’est pas fréquent. De façon générale, il n’en est question qu’indirectement et souvent quand il s’agit de poser la question politique des alliances du prolétariat. Engels, dans La Guerre des paysans en Allemagne (1850), distingue des classes et, suivant la thèse implicite qui identifie les intérêts de chaque classe et son comportement politique, évalue les chances de solidité de l’alliance recherchée. Analysant l’« opposition plébéienne [composée] d’éléments très mélangés » au patriciat des villes à la fin du Moyen-Âge, il distingue à côté de bourgeois déclassés, de compagnons journaliers privés des droits civiques, le « lumpenprolétariat, cette racaille que l’on retrouve même aux degrés les plus bas du développement des villes » et les éléments embryonnaires de la société bourgeoise dont des éléments « prolétariens non développés encore ». Engels précise que le lumpenprolétariat est issu de « la décomposition du féodalisme » qui suit le déclin des protections professionnelles traditionnelles, grossissant la masse des vagabonds, des mendiants et des journaliers citadins travaillant misérablement dans les interstices laissés par les corporations. C’est pourquoi, dans la préface de 1874, il met en garde les socialistes allemands… »

Jean-Claude Bourdin

Extrait de « Marx et le lumpenprolétariat », in Actuel Marx n° 54, « Populisme / contre-populisme », PUF, 2013.

download marx et le lumpenprolétariat

source : cairn.info

Posted in General | Tagged , | Commentaires fermés sur Jean-Claude Bourdin – Marx et le lumpenprolétariat

Grisélidis Réal – Se prostituer est un acte révolutionnaire

« Quant à moi, revenue au trottoir et considérant que c’est un ACTE RÉVOLUTIONNAIRE je prends maintenant mon plaisir où je le trouve, ayant enfin débarrassé mon corps et mon esprit de tous ces vieux tabous : « pureté », fiançailles, mariage, fidélité – à quoi ? à qui ? à la poubelle éducative…

Je VIS, et merde au reste. »

Grisélidis Réal

Extrait de « Se prostituer est un acte révolutionnaire », Marge N° 13, Novembre-Décembre 1977.

download se prostituer

source : indymedia nantes / archives autonomies

Posted in General | Tagged | Commentaires fermés sur Grisélidis Réal – Se prostituer est un acte révolutionnaire

Monique Wittig – On ne naît pas femme

« Au lieu de considérer par exemple que le fait de faire un enfant relève d’une production forcée, nous le regardons comme un processus « naturel », « biologique », oubliant que dans nos sociétés les naissances sont planifiées (démographie), oubliant que nous-mêmes nous sommes programmées pour produire des enfants, alors que c’est la seule activité sociale « excepté la guerre » qui présente un tel danger de mort. »

Monique Wittig

Extrait de « On ne naît pas femme », Questions Féministes, N° 8 (Mai 1980).

download on ne naît pas femme

source : indymedia nantes

Posted in General | Tagged | Commentaires fermés sur Monique Wittig – On ne naît pas femme