Marianne Enckell – Faut-il décoloniser l’anarchisme ?

« Dans le discours actuel sur le néocolonialisme et les traces d’attitudes colonialistes, le risque de révision de l’histoire est présent. La revue milanaise A Rivista anarchica a publié récemment plusieurs interventions au sujet du supposé « orientalisme » des anarchistes italiens en Egypte, nombreux à vivre au Caire et à Alexandrie entre 1880 et 1914. Tout comme les autres colons, la plupart d’entre eux considéraient les indigènes avec condescendance : soumis, ignorants, indifférents à leur vie de privations.

Si l’on s’en tient aux textes anarchistes italiens de l’époque, c’est en effet l’image que l’on peut en retirer. Mais le point de vue est étroit : comment les idées anarchistes et les activités des militants ont-elles été perçues par la population locale ?

C’est la question que s’est posée l’historienne Ilham Khuri Makdisi, qui a étudié des revues en arabe et la vie quotidienne des intellectuels et prolétaires d’Égypte et du Liban à l’époque de la Nahda, la Renaissance arabe. Et le tableau qu’elle dresse est bien différent. »

Marianne Enckell

Extrait de « Faut-il décoloniser l’anarchisme ? » in Réfractions n°40 – Printemps 2018

download faut-il décoloniser l’anarchisme

This entry was posted in General and tagged , , . Bookmark the permalink.