Patrick Schindler – Vie et combat de Margarethe Faas-Hardegger

Patrick Schindler

Vie et combat de Margarethe Faas-Hardegger : anarchiste, syndicaliste et féministe suisse
Pour le centenaire de L’Exploitée (1907-2007)

Editions du Monde Libertaire 2007
Pas de ©. Reproduction libre en citant la source

A l’occasion du centenaire de la révue L’Exploitée (1907), nous avons voulu faire paraître un volume, dans la collection Graine d’Ananar des Editions Libertaires, sur Margarethe Faas Hardegger. Son engagement féministe n’est pas du tout ancré dans la mouvance des suffragettes… Margarethe est une anarchiste, militante, syndicaliste engagée prête à ne faire aucune concession à l’état bourgeois.

Margarethe Faas Hardegger (1882-1963) est née à Berne. Après avoir travaillé quelques temps aux PTT, elle se lança dans des études de médecine alors qu’elle était déjà mère de famille. Parallèlement à son activité estudiantine, elle organisa des cercles de discussions et contribua à créer des syndicats. Par la suite, elle devint secrétaire de l’USS (Union syndicale suisse) et fit paraître en 1906 le premier numéro de l’organe de la Fédération suisse des ouvrières, Die Workaempferin. L’année d’après, la version romande est sortie sous le titre de l’Exploitée. Cependant, les relations entre le Comité syndical fédéral et Margarethe Faas s’altérèrent. Cette dernière trouva toutefois appui et solidarité auprès des Unions ouvrières (syndicalistes révolutionnaires). Ainsi leur organe La Voix du peuple se joint à l’Exploitée dans leur combat. En 1909, alors que l’Exploitée a déjà cessé de paraître, Margarethe Faas quittait le poste de secrétaire de l’USS, ce qui lui laissait une plus large liberté d’expression. Ainsi, libre de toute attache, elle continua sa vie durant à se battre pour une certaine justice sociale.

Le présent volume propose deux parties. La première offre un panorama biographique relativement complet de la vie et de la lutte de Margarethe. La seconde tente de présenter, par un choix d’articles, une palette des plus larges des préoccupations éditoriales de l’équipe de la revue L’Exploitée, mais surtout, de la vie quotidienne des femmes dans la Suisse romane du début du siècle.

Première partie : Vie et luttes de Margarethe Faas Hardegger

Ch.1 – L’engagement de Margarethe
Ch.2 – Margarethe Faas: un parcours fait de « plaies et de bosses »
Ch.3 – « L’Exploitée », un succès d’estime qui en cache un autre…
Ch.4 – Un ton qui passe mal auprès des hommes
Ch.5 – Les thématiques de « L’Exploitée »
Ch.6 – Début de conflit avec les instances centrales
Ch.7 – Un lectorat pourtant acquis à la cause
Ch.8 – L’action directe, un choix qui ne plaît à tout le monde !
Ch.9 – Vers une fin avérée ?

Seconde partie : Choix d’articles publiés dans « L’Exploitée » entre 1907-1908

download vie et combat de margarethe faas-hardegger

source : indymedia

Posted in General | Tagged , , , , , | Commentaires fermés sur Patrick Schindler – Vie et combat de Margarethe Faas-Hardegger

Romain Bonnel – État et psychiatrie : Une histoire d’intérêts communs

Avertissement : ce texte traite une période de l’histoire (de la fin XVIIIème jusqu’au milieu du XIXème) et de faits juridiques et biographiques qui peuvent sembler ennuyeux. Ceci étant, il tend à démontrer que la violence psychiatrique que nous subissons aujourd’hui ne vient pas de nulle part. Cette origine s’explique par des fondements idéologiques, des intérêts et des représentations qui non seulement sont sensiblement les mêmes qu’aujourd’hui, mais qui en plus, sont dès le départ, largement condamnables. L’idée est que mieux nous connaîtrons le comment et le pourquoi des oppressions sociales et politiques, plus nous serons à même de les combattre et de les détruire.

Extrait de Romain Bonnel – État et psychiatrie : Une histoire d’intérêts communs

download état et psychiatrie une histoire d’intérêts communs

source : indymedia

Posted in General | Tagged , | Commentaires fermés sur Romain Bonnel – État et psychiatrie : Une histoire d’intérêts communs

Hem Day – Anarchistes de gouvernement

« Le second jour de l’insurrection de mai 1937 à Barcelone on vit arriver de Valence les ministres anarcho-syndicalistes et parlant du poste officiel de la Généralité de Catalogue, prêcher inopinément une politique de renonciation à la lutte.

C’était vouer le mouvement qui venait de se déclencher à un échec.

C’est ce qui arriva. Aujourd’hui peut-être on en soupèse tout le tragique des conséquences que cela entraîne. Le prestige de la C. N. T. – F. A. I. fut ébranlé. Une des conséquences les plus fâcheuses fut que le gouvernement de Valence déclara le désarmement non seulement des individus, mais des organisations.

La contre-révolution s’installa et ne cessa de se développer. Devant les conséquences désastreuses que tout cela entraîne, il est d’un impérieux besoin de rechercher les causes qui président à ces revirements brusques. »

Extrait de Hem Day – Anarchistes de gouvernement

La Voix Libertaire n° 368, 31 juillet 1397

download anarchistes de gouvernement

source : indymedia

Posted in General | Tagged , , , | Commentaires fermés sur Hem Day – Anarchistes de gouvernement

L’anarchisme d’État et la Commune de Barcelone

L’anarchisme d’État et la Commune de Barcelone

Rapport d’Helmut Rüdiger (décembre 1937)

__

Espagne 1936, l’espoir !

Mai 1937, la Commune de Barcelone écrasée par la bourgeoisie du Front populaire !

Nous ne prétendons pas, dans ce livre, donner des réponses aux nombreuses questions que le passé nous a laissées. Nous espérons toutefois relancer la discussion autour des questions de la prise du pouvoir par la classe ouvrière et du contenu du socialisme après la révolution. Les 17 et 19 juillet 1936, pour contrer le coup d’État franquiste, les prolétaires se saisissent eux-mêmes des armes dans les casernes et les arsenaux. Ils se défendent à Barcelone, à Madrid, dans le nord de l’Espagne, en Aragon, au Levant, en Estrémadure et en Andalousie et conquièrent ainsi le pouvoir de leurs propres mains. Le gouvernement de la République les avait trahis et avait refusé de leur fournir les armes. Une fois victorieux, les travailleurs se trouvent aux côtes de la CNT, maîtres du pouvoir. Ils étaient organisés par cette dernière depuis de très nombreuses années.

Aujourd’hui, de nombreux militants ignorent que les instances dirigeantes de la CNT et de l’AIT justifièrent théoriquement et politiquement leur collaboration avec la bourgeoisie antifranquiste et les staliniens. Les explications cyniques d’Helmut Rüdiger offrent un témoignage saisissant et très actuel sur la façon dont des révolutionnaires décident de tourner leur veste, en arguant toujours de la prétendue « arriération » des prolétaires et de « conditions nationales spécifiques » qui empêchent de mener à bout la révolution sociale.

Ce livre présente plusieurs documents pour mieux comprendre les enjeux de l’anarchisme d’Etat autour du « rapport secret » d’Helmut Rüdiger, document rédigé pour la CNT à l’occasion du congrès de la FAI de 1937 et qui fut finalement traduit et publié en Espagne :

– une introduction d’Agustín Guillamón,

– des extraits importants du rapport lui-même,

– un article de Frank Mintz,

– une contribution d’Agustín Guillamón sur Les Amis de Durruti en France,

– et un témoignage de Hugo Oehler sur l’insurrection de Barcelone en mai 1937.

Michel Olivier

download l’anarchisme d’état et la commune de barcelone

source : indymedia

Posted in General | Tagged , , | Commentaires fermés sur L’anarchisme d’État et la Commune de Barcelone

aba lEkOL

aba lEkOL

Compil de textes contre l’école publiés entre 1905 et 1912 dans le journal l’anarchie

« L’école c’est l’autorité, c’est l’apprentissage de la docilité. Tout ce qui faisait la richesse de cette jeune nature, va adroitement en être extirpé. Plus d’indépendance joyeuse, l’obéissance passive et servile. Plus d’initiative, plus de fantaisie, plus de recherche individuelle, il faut adopter sans examen les règles et les dogmes imposés. Il faut croire, il faut respecter, il faut se taire et se courber. De l’enfant impétueux, libre et volontaire, on va faire la matière inerte et docile propre à tous les esclavages et à toutes les résignations. On va tuer l’homme, pour faire le citoyen, l’ouvrier, le soldat, l’honnête électeur, l’esclave satisfait de sa servitude et c’est l’oeuvre de l’école, aux mains des puissants et des maîtres. » (Emilie Lamotte)

download aba lekol

source : quecreve.noblogs.org

Posted in General | Tagged , | Commentaires fermés sur aba lEkOL

Justhom – Quand Marx, Engels et Lénine « flinguaient » les anarchistes…

Justhom
Quand Marx, Engels et Lénine « flinguaient » les anarchistes…

Éditions du Monde libertaire Septembre 2009.

Le titre de cet opuscule est on ne peut plus clair et à sa lecture vous aurez vite compris qu’il est justifié. Et ce n’est pas que de l’histoire ancienne.

On sait les conséquences pour le mouvement ouvrier et révolutionnaire de cette opposition entre Marx et Bakounine, entre ces deux conceptions du socialisme et ce que cette prédominance du marxisme-léninisme a donné… et que l’on continue de payer encore aujourd’hui !

En lisant cette brochure, qui n’hésite pas à reproduire des passages entiers d’écrits de Marx, Engels ou Lénine afin que l’on puisse juger sur pièces, on aura vite senti que les pratiques totalitaires étaient déjà inscrites dès les premiers pas du marxisme et que les Lénine, Trotsky, Staline, Mao et autres tyrans rouges n’ont fait que les continuer en mille fois pire car ils étaient, eux, au pouvoir !

download quand marx, engels et lénine…

source : libertaire.net

Posted in General | Tagged , , , | Commentaires fermés sur Justhom – Quand Marx, Engels et Lénine « flinguaient » les anarchistes…

Les Anarchistes contre le mur

Les Anarchistes contre le mur
Action directe et solidarité avec la lutte populaire palestinienne

Textes rassemblés par Uri Gordon et Ohal Grietzer

Présentation d’Uri Gordon et d’Ohal Grietzer

Traduction : Annick S., David B.-F., Pierre G., Pierre S., Ronald C., Yves C.

Editions Libertaire 2016 / AK Press et Institute for Anarchist Studies 2013

Porter témoignage. C’est la modeste ambition de ce livre et, en publiant cette version française, nous témoignons quant à nous de notre solidarité avec les compagnons israéliens.

Dans un combat où l’espoir le cède ces temps-ci à la désespérance, des femmes et des hommes d’Israël, des jeunes filles et des jeunes hommes passent la ligne de démarcation, franchissent le mur dressé par les autorités de leur pays et cela pour dire qu’un autre recours que la séparation est possible. Dans un assidu recommencement, ils vont semaine après semaine, vendredi après vendredi, vers ce mur ; ils vont marcher, manifester avec ceux qu’on leur désigne comme des ennemis et affirmer, sans violence, leur détermination sans faille.

On leur a collé l’étiquette d’anarchistes sur le dos en voulant les discréditer ; maintenant, ils la revendiquent. Et, plutôt que d’ériger des murs, ils lancent des passerelles. Il y a là un anarchisme vivant, un anarchisme en actes, un anarchisme vivace comme une mauvaise herbe qui pousse spontanément entre les pierres. La conjoncture étant ce qu’elle est, nous pouvons reconnaître objectivement que, sans la mise en place de deux États, il n’y aura pas de paix possible, tout en ajoutant aussitôt que cela fera deux États de trop.

Cependant, si nous pouvons être admiratifs devant l’engagement des compagnons israéliens, devant de telles ruptures, devant leur stratégie qui tire des bords entre légalité et illégalité, nous ne pouvons qu’être consternés par la discrétion médiatique qui les entoure. C’est le mérite des Anarchistes contre le mur de nous montrer un autre chemin possible, car l’usage de la violence, même s’il paraît parfois incontournable, est toujours une impasse.

download les anarchistes contre le mur

source : libertaire.net

Posted in General | Tagged , , , , , | Commentaires fermés sur Les Anarchistes contre le mur

Vivre vite de l’autre côté du mur

VIVRE VITE DE L’AUTRE CÔTÉ DU MUR
Punks et anarchistes en ex-Allemagne de l’Est

Traduit de l’allemand

MUTINES SÉDITIONS

NO COPYRIGHT
Aucun droit, aucun devoir
novembre 2012

La plupart de ces récits de compagnons de Leipzig nous montrent que les « dissidents » d’Allemagne de l’Est des années 70/80 ne se battaient pas tous pour les libertés formelles ou le paradis de la consommation de l’Ouest. Mais pour une liberté qu’aucun Etat ne saurait satisfaire, pour des désirs qu’aucune économie ne viendra combler.

Dans un cadre qui pouvait sembler absolu, ils nous montrent que l’oppression tient bien moins sur la force militaire que sur la soumission de tous et toutes. Ces jeunes anarchistes et punks qui squattaient, volaient, se battaient avec les flics lors de fêtes, organisaient des manifs sauvages, diffusaient des messages subversifs dans les rues, n’étaient finalement asociaux que parce que le reste de la société n’était que trop social, en phase avec le contrôle institutionnel et la délation de proximité.

download vivre de l’autre côté du mur

source : libertaire.net

Posted in General | Tagged , , , , | Commentaires fermés sur Vivre vite de l’autre côté du mur

Willy Huhn – Trotsky, le Staline manqué

Willy Huhn – Trotsky, le Staline manqué

Précédés par Stalinisme et bolchevisme de Paul Mattick

Postface de Daniel Saint-James

(Spartacus éditions 1981)

Il ne s’agit naturellement pas d’une comparaison des traits de caractère de ces deux personnages essentiels de la révolution de 1917. Willy Huhn, socialiste de gauche allemand (1909–1970), examine, dans trois articles écrits en 1951 et 1952, l’évolution des positions politiques de Trotsky sous trois aspects :

– Les relations entre le parti et les Soviets, et plus largement la question de l’autonomie des producteurs, en particulier à travers les débats de 1920 et 1921.

– Le qualificatif d’« État ouvrier » que Trotsky n’a cessé d’accorder à l’État soviétique, y compris en 1939 après l’invasion de la Pologne, et la lumière qu’elle jette sur la conception qu’avait Trotski de la construction du socialisme.

– Son « bonapartisme », c’est-à-dire les politiques centralisatrices et autoritaires qu’il a prônées et parfois pu mettre en œuvre entre 1918 et 1923, et en particulier la nécessité de la militarisation du travail qu’il affirmait encore après la fin de la guerre civile.

Ces textes sont précédés par Stalinisme et bolchevisme, un article de Paul Mattick paru en 1947 à l’occasion de la publication aux États-Unis du Staline de Trotsky. Dans sa postface, Daniel Saint-James analyse comment à partir du discours de Trotsky lui-même se sont construits une mythologie et un culte, avec pour conséquence, chez ceux qui se proclament ses héritiers, des comportements sectaires.

download trotsky le staline manqué

source : jugurtha.noblogs.org

Posted in General | Tagged , , , , | Commentaires fermés sur Willy Huhn – Trotsky, le Staline manqué

Claire Auzias – Lumpen, concept ou mot-valise ?

« Ce vaste tour d’horizon autour du Lumpen était nécessaire pour ne pas s’en tenir comme usuellement à des caricatures et des approximations. On retient en particulier les contours fluctuants du terme de Lumpen, qui passe à travers de nombreuses figures désocialisées ou hors-normes et généralement incontrôlables. Dans ce dernier exemple avec Evguenia Iaroslavskaia, il s’agit du « monde du crime ». En d’autres cas, il s’agit de sans-emploi comme chez Mecislas Goldberg, les uns n’étant pas assimilables aux précédents, sauf à criminaliser toute marginalité. C’est pourquoi la question reste ouverte de savoir si l’on peut qualifier le Lumpen de concept, ou s’il ne s’agit pas plutôt d’un fourre-tout hâtif qui indique surtout l’embarras devant un phénomène imprévu ou inclassable dans des catégories de pensée trop étroites. »

Claire Auzias

Tiré de « Lumpen, concept ou mot-valise ? », in Trimards : « Pègre » et mauvais garçons de Mai 68, ACL, 2017.

download lumpen concept ou mot-valise

(reçu par mail)

Posted in General | Tagged , | Commentaires fermés sur Claire Auzias – Lumpen, concept ou mot-valise ?